Nusa Penida, la dernière île

???????????????????????????????

Kadek le fameux chauffeur, nous avait décrit Nusa Penida, son île natale comme intacte, loin du tourisme. Une île qui vous donne une idée de ce à quoi pouvait ressembler Bali, juste avant son boom touristique. Les balinais appellent cette île “the last island”, la dernière île de Bali à avoir échappé au tourisme (notamment à cause de son manque d’eau, l’acheminement des produits etc.). On y séjournera donc une nuitée sur place, dans l’un des trois hôtels de l’île et on aura pour guide, Kadek!

Le voyage en bateau ne dure qu’une trentaine de minutes. On débarque sur une plage de sable blanc sublime à la Christophe Colomb(enfin j’imagine) où il faut sauter du bateau, mouiller ses gambettes et éventuellement embrasser cette terre promise. Par contre, attention aux débris de coraux tranchants qui parsèment le sable. Le cousin de Kadek est venu nous récupérer au ferry terminal (qui n’est ni plus ni moins qu’un bout de plage) avec son mini van aux mini roues. En direction de l’hôtel, on voit à quel point l’île n’a pas été touché par le tourisme: il y a des plantations de cocotiers sur la majorité de l’île, les habitants vivent essentiellement de la récolte d’algue qu’ils assèchent et revendent, il n’y a pas de bars, pas de buildings ni de resorts, juste des petites maisonnettes avec des poules qui courent dans tous les sens et surtout, il n’y a pas de touristes!

 IMG_7038 IMG_7035

Check-in fait, on a à peine le temps de souffler qu’il nous emmène déjà découvrir les vestiges de l’île. Premier stop, le temple de Goa Giri Putri. Il faut monter une centaine de marche sous 35°c. C’est pas cool, tout le monde est en train de dégouliner de sueur (sauf Kadek) et puis d’après Derrick, plus on grimpe de marches, plus le temple est beau! Ça n’a pas manqué! En haut, on tombe sur des prêtres hindous en train de chanter et lire des textes sacrés. En nous voyant tout dégoulinants, couverts de sueurs, ils nous ont offert à boire avant de nous demander de signer le registre des visiteurs. Il n’y a pas d’entrée en vue jusqu’à ce que je vois Kadek s’engouffrer dans un petit trou dans les rochers. A l’intérieur, on est surpris par le volume. C’est sombre, humide et on entend les cris des chauves souris au dessus de nos têtes. C’est très différent de tous les temples balinais qu’on a pu voir jusque là. Au milieu de la grotte, des fidèles se sont déchaussés pour grimper des marches qui montaient jusqu’à l’infini (on n’en voyait pas le bout). Proche de la sortie, on tombe encore des prêtres hindous en train de chiller. La vue donne sur une vallée verdoyante, couverte de végétation. J’entends Kadek dire au père de Derrick “no pollution here!”, pile au moment où l’un des prêtres hindous jette dans le vide, son gobelet. Su-per!

On continue notre chemin en direction de Broken Beach. Une plage où on pourra ENFIN se rafraîchir dans l’eau! Pour y aller, quasiment une bonne heure, confinés dans un four sur roues à travers des petits chemins caillouteux, des pentes raides à l’extrême et trous d’obus. On avait vraiment mal aux fesses… Je me suis demandé comment le mini van aux mini roues faisait pour tenir la route.  Arrivés à la fameuse Broken Beach, pas de beach mais un panorama à en couper le souffle! Autour de nous, des vaches se prélassaient au soleil dans un cadre de rêve. Il est possible de contourner ce fossé énorme à pied bref, on en prend plein la vue. Malheureusement, ce bout de paradis a d’ores et déjà été vendu pour dieu sait quel projet…

DSCN8009 DSCN8014

Bon après ça, Kadek a bien vu notre envie brûlante de faire trempette dans une eau rafraîchissante et nous emmène donc à la prochaine plage, Crystal Bay, qui est aussi à babeloued. Avant ça, petit stop dans sa maison familiale pour rencontrer sa mère et sa sœur. Les deux femmes avaient un visage extrêmement marqué, plus de dents du tout mais un sourire super malicieux! On est restés pour le café et c’est reparti pour les petits chemins caillouteux, pentes raides à l’extrême et trous d’obus dans le mini van aux mini roues. Crystal Bay, apparaît enfin. C’est une petite plage au sable noir désemplit de touristes très réputé pour ses fonds marins. Il y avait sur place quelques français venus plonger mais sinon, on se serait crus seuls au monde…

DSCN8037 DSCN8052

Bien sûr, Nusa Penida est une petite île qui se visite assez rapidement : on en a fait le tour en une journée. Par contre, si vous planifiez de vous rendre sur cette petite île, ne vous attendez pas à trouver des tours opérateurs, bars, boutiques ou même restaurant. Tout peut se trouver à l’hôtel (locations de scooter, bières, resto..). L’attrait principal est bien entendu la plongée, le farniente (au milieu de nulle part) et pour les curieux, aller à la rencontre d’un Bali authentique.

Advertisements

4 thoughts on “Nusa Penida, la dernière île

  1. Oh my god! Trop beau votre voyage, ça me donne trop envie !! Tant et si bien que j’ai du te rajouter dans mes liens préférés dans la catégorie “quand j’ai envie de voyager loin” :)

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s