Birmanie FYI

7c3b0-img_1938
 
Ce n’est pas tous les jours que l’on débarque sur une autre planète! La Birmanie, ça a été un pays choisit un peu au pif. Avec Derrick, on avait décidé de continuer notre voyage ensemble, hésitant entre le Bhoutan, la Mongolie et la Birmanie. Trois pays isolés, souvent ignorés des itinéraires touristiques et donc authentiques! Choix porté sur la Birmanie en raison de sa proximité avec la Thaïlande et la Malaisie et la préparation du voyage commence. Sauf qu’on avait pas du tout prévu une telle galère.
 
Etape 1 : le visa
 
Ah le visa! Une vraie galère. Il n’y a pas d’ambassade Birmane ni sur Bornéo ni sur les trois îles des Philippines visitées. Un détour par Manille? Impensable! Après toutes les choses que j’ai entendu des voyageurs rencontrés sur le chemin, c’était beaucoup trop ghetto pour moi et pas rassurant. Il a donc fallu que je raccourcisse mon séjour aux Philippines de quelques jours pour pouvoir rentrer sur Kuala Lumpur plus tôt et faire ma demande de là bas. Apparemment, le visa est plus facile à avoir de Kuala Lumpur ou à Bangkok. Derrick avait commencé par faire la demande à Hanoi où ils lui avaient demandé toutes sortes de paperasse comme une lettre de son employeur ou encore un itinéraire détaillé (haha). A Kuala Lumpur, j’ai juste eu besoin de remplir un formulaire, de fournir une photocopie de mon passeport et de mon billet d’avion, de deux photos d’identité et de 150 RM pour le visa en express (24h). J’ai obtenu le visa le lendemain. Enfin presque.
Si c’était juste ça, ça serait trop facile! Oui j’avais mon visa sauf qu’il y avait des fautes à peu près partout. Ciwdy Lap?!? Même mon numéro de passeport était faux! Il faut donc que j’y retourne le jour suivant pour éclaircir ça. Au total il aura fallu trois jours et je ne sais pas combien d’euros-pesos-ringgit pour obtenir un tampon d’une page sur mon passeport. 
 
Etape 2 : l’argent
 
Heureusement que Derrick avait pris très au sérieux la préparation du voyage et lu la rubrique “argent/atm”. Sérieusement, qui lit cette rubrique??? Quoi qu’il en soit, il s’avère que les distributeurs automatiques sont aussi rares que les cheveux de bouddha! Oui oui me confirme Kat la philippine rencontré à Coron, qui me dit que son ami n’a pas fait long feu et qu’il a du sortir du pays au bout de trois jours. Il faut donc ramener assez de liquide pour deux semaines. MAIS il faut que ce soit des Abraham Lincoln ou des Benjamin Franklin au front encore luisant et propre, en parfait état, sans plis ni coupure, même minime. Une fois sur place, il est possible de changer les dollars pour des kyats un peu partout; même au vendeur de ticket de bus!

015ac-img_1983

Lorsque vous avez tout CA, c’est parti pour l’aventure!

Advertisements

2 thoughts on “Birmanie FYI

  1. Pas facile d'y entrer, il faut une bonne organisation mais une fois qu'on y est là on se rend compte que ça valait le coup mêm plus que ça que ça aurait été une grossière erreur de ne pas se lancer! n'est pas? :)

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s