Following the Kinabatangan, tracking the mounds of elephants’ poo

Des éléphants sur le rivage du Kinabatangan! D’abord deux, puis cinq, dix et bientôt, une bonne vingtaine. Tous, sont sur le bord de la rivière, arrachant et nettoyant à l’aide de leurs trompes, des petits paquets d’herbes aquatiques avant de les fourrer dans leurs bouche. On les observe de très près – ils sont à 1m de nous à peine et c’est un spectacle qui nous laisse sans voix. Bon pas sans voix car on est excitées comme des gamines et Maria, notre guide, est pire que nous!
Following the Kinabatangan, tracking the mounds of elephants' poo

C’est déjà le golden hour sur le Kinabatangan et après avoir pu observer ces pachidermes d’Asie, notre embarcation continue son chemin. La lumière du jour est sublime, encore plus lorsqu’elle est refletée dans l’eau. Puis, on est soudainement tiré de nos rêveries par des “plouf; plouf”. Des singes nasiques par trentaines!! J’en avais déjà vus au parc de Bako mais pas autant et pas de si près! Ces singes, au ventre énorme, à la longue queue et au nez démesuré  sautent d’arbres en arbres manquant de peu leurs objectifs. C’est carrément un cirque qui s’offre à nous : des singes volants complètement maladroits qui volent dans tous les sens, ça hurle, ça se bagarre et ça saute encore et encore. C’est juste incroyable de voir tous ces animaux dans leurs habitats naturel.

Durant cette première croisière, on aura vus des silver leaf monkeys (connais pas la traduction haha), des kingfishers et autres oiseaux. Une excellente première approche et aperçu de la vie animale à Bornéo qui n’aura été possible sans Assia, guide freelance à Kota Kinabalu.
 
c2d4c-dscn1231 dc1ff-dscn1131
Quelques jours plus tôt, sur le chemin de la station de bus à Kota Kinabalu, alors qu’on se rendaient à Semporna, une femme un peu fofolle, la cinquantaine répondant au nom d’Assia nous accoste. Elle est carrément super cool, enthousiaste et pleine d’énergie et je suis encore plus étonnée lorsque j’apprends qu’elle a fait l’ascension du Mont Kinabalu plus de cinq fois. Respect. J’imagine qu’il faut bien cela pour faire ce boulot! En deux temps trois mouvements, on se retrouve avec le contact de Maria, sa belle soeur qui est également guide freelance à Sukau. On arrange notre prochain stop, négocie le tarif : 380RM pour un package comprennant l’hébergement pour deux nuits chez elle, dans son homestay au bord du Kinabatangan, tous les repas, cinq croisières (privés s’il vous plaît) et deux treks. Un bon deal! On salivait d’avance sans vraiment savoir à quoi s’attendre.
 
On est arrivées en fin de matinée. Le bus qu’on a prit à Semporna nous a jetées à la jonction de Sukau puis Maria est venu nous récupérer au milieu de ce rond point désert. Au volant de sa voiture semi tuné (elle avait un super volant de course et des ceintures de voitures de rallye!), Maria me raconte un peu son parcours d’ancien guide sur Sabah, sa vie personnelle avec une pointe de nostalgie, ses aspirations et projets… “On arrive” annonce t-elle enfin. Et là, une agréable surprise: le homestay est magnifique; il s’agit d’une maison modeste, rouge, surelevée et typique. De la pièce principale, pas de fenêtres mais une grande ouverture qui laisse entrer la lumière. La vue donne sur un grand jardin et sur le Kinabatangan. La décoration est très simple: sur les murs, des photos d’animaux, des remerciements d’anciens visiteurs, l’histoire de la maison et de sa famille… Nous ne sommes que deux, Adeline et moi, chez Maria, il n’y a pas d’autres touristes. Maria nous explique qu’elle refuse de proposer ses services sur le net. “No rush”, elle préfère travailler à son rythme et c’est vrai que c’est tranquille ici. Bref, on se sent bien… jusqu’à ce qu’on découvre la salle de bain : pas d’eau courante, juste une énorme bassine remplie d’eau marronnasse de la rivière. On voulait de l’authenticité, nous voilà servies!
86ed7-dsc00054
En début desoirée, nous partons pour notre deuxième croisière afin d’observer les animaux nocturnes. On est tous munis d’une lampe torche et supposés ouvrir grands les yeux. Adeline, elle, dormait déjà à moitié! haha elle m’impressionnera toujours avec son habilité à dormir n’importe où. Malgré la fatigue – très très longue journée, la balade fut intéressante. On a pu observer des chouettes, des kingfishers, lucioles, singes en  mode veille… comme nous.
fa315-dscn1247
Le lendemain, pas de grasse matinée, départ pour notre prochaine excursion à 6h30. Réveil plus que difficile! Surtout que les coqs n’ont pas arrêté de hurler toute la nuit. Ce matin, direction le lac Oxbow et sur le chemin, beaucoup d’oiseaux et d’animaux encore dans leurs sommeil. Le lac est magnifique et le chemin pour y accéder regorge d’une végétation abondante et menançante. Pendant que le frère de Maria part pécher dans le lac, nous nous enfonçons dans la forêt pour un trek. Ce n’était pas du tout une partie de plaisir si vous voulez mon avis! Deux jours plus tôt, une pluie diluvienne s’est abbatue sur la région et la terre n’a pas eu le temps de sécher. Résultat: de la gadoue jusqu’aux chevilles et un nuage de moustiques m’entourait continuellement. Ca me fait suer, surtout lorsque Maria me dit qu’elle a chopé la malaria deux fois déjà. Le trek a duré quelques minutes seulement (et heureusement). Je crois que notre guide en avait marre de m’entendre me plaindre tout le long. Pas de regrets; excepté les moustiques et des excréments d’éléphants, la faune était inexistante. De retour au bateau, Maria découvre une sangsue. Après vérification, j’en découvre trois dont une sur le point d’entrer dans ma culotte. Adeline, armée de baume du tigre, m’aide à les retirer. Ces sangsues tigres sont différentes de celles dont j’ai l’habitude de voir: grosses, orangées et rayées – d’où leurs noms. Eurk. Au retour de la croisière, Alban nous annonce qu’il prendra le bus en début d’après midi pour nous rejoindre. On profite de notre break au homestay pour prendre notre douche et faire notre lessive avec l’eau marronnasse de la rivière. Et malgré les tonnes de Génie utilisé et le frottage intensif, on se sent toujours crades.
 
8deb5-dsc00271f5e41-dsc00251 
On se mets en route dans l’après midi pour notre afternoon cruise. Cette fois, notre embarcation se dirige vers un bras de la rivière, beaucoup plus étroit, sombre, où les arbres semblent beaucoup plus désordonnés. On est là pour observer les singes et pas de doute, ils sont bien là! Ca saute, hurle, cherche des poux, traversent des ponts suspendus d’une manière nonchalente. Durant toute la durée de la croisière, on a pu voir pas moins d’une bonne centaine de singes : macaques, nasiques, silver leaf… un régal! Mon appareil photo sature de photos de singes mais moi, je reste sur ma faim, reste ébahis et gaga du début jusqu’à la fin. Je les trouve attendrissant et drôles malgré eux. A chaque croisière, on croise des bateaux de touristes. Ils arrivent parfois par groupes de vingt, tous munis de leurs énormes réflexes et super zoom. On est heureuses Adeline et moi de n’être que toutes les deux à bord de notre bateau.
001e2-dscn1207 b5d5e-dscn1191
Après la croisière, on rejoint Alban au homestay. On discute et rigole bien avec ce grand gamin à la langue bien pendue. Puis, il est l’heure pour le “jungle night trek”, ou plutôt, une deuxième croisière de nuit. Maria n’avait surement pas envie de revivre l’expérience “Cindy’s fed up” et a probablement préféré nous bercer sur le Kinabatangan (et tant mieux). Une dernière bonne croisière pour cloturer le séjour.
Following the Kinabatangan, tracking the mounds of elephants' poo
Le Kinabatangan c’est un condensé de la vie animale sur Bornéo à lui seul. Et puis qui n’a jamais rêvé de partir à la rencontre d’éléphants sauvages, de s’immerger entièrement dans la nature au milieu de singes et sangsues, de vivre une expérience parmis les locaux où l’eau de la douche est puisée directement dans la rivière, d’être coupé du monde et de nos besoins superficiels. Pour les ferrus d’authenticité et d’animaux, c’est THE place to be!!!

b6173-dscn1264

Advertisements

5 thoughts on “Following the Kinabatangan, tracking the mounds of elephants’ poo

  1. oh lala janice! google translate is very helpfull :p love love the wild elephant and wild monkey… do you their contact? for the guide and the homestay as well? might visit this place in the future :)

    Like

  2. La fin du périple de la Malaisie approche! On attend impatiemment les autres articles de tes autres destinations ;)
    En ce moment il y a pas mal de reportage de la Malaisie : j'ai carrément envie d'y retourne !!!!!

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s