Selamat Datang di Bali

a2580-dsc01516

La semaine dernière, j’ai vu Intan, la ptite naine originaire de Java. On a mangé un Mcdo bien gras (beurk) et imaginé ce petit bout de femme d’1m50 devenir maman ! Ça fait un moment qu’on a pas (ou du moins que j’essaye) conversé et chanté en indonésien, qu’elle ne m’a pas cuisiné un bon Nasi Goreng ou emmené dans un lieu atypique à Paris que seuls les Indonésiens connaissent. Elle me rappelle régulièrement mon premier grand voyage, à Bali, l’île des Dieux. Surement LE voyage qui a changé ma vision de la vie (bon ok j’exagère un peu..) et c’est sans aucun doute, de là que vient cette soif de découverte,  de rencontre et de dépaysement constant. Je n’ai jamais vraiment raconté à qui que ce soit mon expérience sur ce petit bout paradis à 12000km de Paris. C’est vrai que souvent, les images parlent d’elles même mais pour ce qui est de Bali, ce n’est carrément pas le cas! Petit retour en arrière…

On dit que l’Asie est le continent qui dépayse le plus. Bali est certainement l’endroit le plus beau que j’ai eu l’occasion de visiter jusqu’à maintenant et pour un premier voyage, j’en ai eu plein la vue. J’étais du genre à m’arrêter à chaque échoppe répétant que c’est cool; tel un gamin qui apprend la vie. C’est certes très touristique mais cela n’enlève rien à son charme. Là bas, tout est luxe, calme et volupté. La population locale prend le temps de vivre, d’apprécier la vie telle qu’elle est, et toute l’île vit au rythme de l’hindouisme avec les multitudes d’offrandes présentes le long des trottoirs devant chaque maison et commerces. Il est également possible de voir durant tout le long du séjour, de nombreuses cérémonies dans les temples.

Kuta fut notre premier stop. Cette ville est un mini Bangkok, en moins démesuré et moins extravagant; avec des bars tout le long de la plage, des touristes à chaque coins de rues, des restaurants servant de tous types de cuisine bref, ici tout est occidentalisé ou du moins, presque. En effet, le Hard Rock et sa gigantesque piscine s’impose à côté de l’hôtel Mercure, il est possible de manger des glaces chez Häagen Dazs, faire du shopping chez Volcom ou Quicksilver et bien sur, manger (ou se faire livrer) chez Mcdo! Bon hein, c’est pas non plus New York! Le charme et la tradition restent présents malgré tout ce tumulte. Le plus de cette ville? C’est bien sûr la plage et ses vagues! Puissantes et constantes! Un réel paradis pour surfeurs.  Pour les flemmardes comme moi, possibilité de faire le steack avec tout ce dont on a besoin; parce que sur les plages de Bali,  il est possible de louer et d’acheter un peu de tout et n’importe quoi: parasols, transats, surfs, cerfs volants, chauffeurs, boissons, fruits frais ou encore sarbacane. Les fruits frais étaient vendus par des femmes qui faisaient le tour de la plage à la recherche d’acheteurs potentiels avec un gros panier sur la tête, remplis de tous types de fruits frais: mangue, ananas, papaye etc. Les ananas -hummmm- étaient délicatement coupés à la machette (!) devant nous pour en faire une sorte de grosse glace. Les meilleurs ananas de ma vie! On y fait enfin, des rencontres cool sur la plage comme avec Tomas, un surfeur,  globe-trotteur, amateur de capoeira suédois ou de Joy, notre bon-plan-planches-de-surf et secouriste à ses heures perdues de Java (ou de Sumatra, je ne sais plus!).

aa2d4-dsc012548bf5f-dsc01258

Pas loin de Kuta, se trouve le temple d’Uluwatu, un magnifique temple sur des falaises en bordure de mer habité par des singes peu commodes. Je me souviens encore de ce singe croisé dans un petit chemin avançant vers nous comme un tigre (il avait du sentir les bananes…). En un rien de temps, Edouard et moi faisions demi tour en prenant nos jambes à nos cous. Des vrais tapettes haha. Bref… sinon, la vue du temple est incroyablement époustouflante et le site en vaut carrément le détour. Encore un peu plus au sud, DreamLand. Le spot de surf pour les plus fous de tous les surfeurs. Cette plage, considérée comme étant l’une des plus belles de Bali offraient des vagues encore plus grosses et plus effrayantes qu’à Kuta. Déjà qu’à Kuta c’était pas la tasse que je buvais mais le seau; Dreamland c’était no way!

4ce73-photo291 e9478-03453d5f-019

Deuxième stop, un vrai coup de coeur! Ubud est une ville incroyablement enrichissante culturellement avec ses nombreux artistes peintres, bijoutiers, sculpteurs ou encore comédiens. C’est surtout ici qu’on a l’occasion de voir de nombreuses représentations de Kecak et autres spectacles de danse. La rigolote forêt des singes – la Monkey Forest – regorge  évidemment de singes mais des singes voraces (encore plus qu’à Uluwatu!) qui n’hésitent pas à vous détrousser les poches et à vous mordre si par le plus grand des hasard vous aviez caché de la nourriture. C’est presque effrayant lorsqu’ils vous menacent! Et durant notre séjour à Ubud, nous nous sommes rendus compte que les Balinais vouaient un culte au pénis! On trouve dans les magasins souvenirs des portes clés, des ouvres bouteilles ou encore des statuettes en forme de phallus. Weird.

Il est possible de louer un scooter à un prix dérisoire: 5€ la journée avec les casques! C’était un excellent moyen de sillonner la ville et les alentours et de découvrir les fameuses rizières en terrasse qui en valent vraiment le coup. Nous logions dans un hôtel (si on peut appeler ça un hôtel..) constitué de plusieurs petits bungalow typiques où le staff était vraiment serviable. Aussi, nous avions testé pour vous le rafting à Bali. Bilan: pas mal! Pour pouvoir en faire, il nous a fallu près d’une bonne demi heure de descente à travers des chemins escarpés dans la forêt. De belles découvertes à travers cette descendre en canot pneumatique avec de nombreuses sculptures murales le long de la rivière, des cascades énormes et une imposante et belle forêt. Tout ça avant une autre bonne demi heure à nouveau dans la forêt – en montée cette fois ci – sur des chemins tellement raides dont les briques, implantées au sol en guise d’escaliers, vacillaient sous nos pieds. Tout ça pour rejoindre la route. Je peux vous dire que j’ai souffert de courbatures aux adducteurs pendant une bonne semaine! Puis les caniveaux à Bali mesurent au moins 40cm de hauteur. C’était juste douloureux! Même le message n’a rien pu faire…

2f630-photo32654f80-photo315
2f85e-dsc01503
Pour conclure, on a pas eu le temps de visiter toute l’île malheureusement; d’ailleurs, je ne me souviens plus vraiment les autres villes que nous avions visité… Je me souviens juste de Sanur et de sa plage ainsi que du magnifique petit “appartement” que nous avions à Seminyak. Nous avions finit Bali par la visite du Tanah Lot. C’est extrêmement touristique et beaucoup moins impression que l’Uluwatu mais un must see tout de même. Bali c’est beau et contrairement au film “mange prie aime” personne ne fait de vélo – ou du moins très peu de personnes! Je reste cependant sur ma faim… :)

 

 

Advertisements

3 thoughts on “Selamat Datang di Bali

  1. Joli texte, magnifiques photos… mes voyages sont souvent par l'esprit. et par ce biais, j'ai du faire pas mal de fois le tour de la Planète. L'espace aussi d'ailleurs…
    Merci pour ce voyage offert !! Cela me donne envie d'y aller. ensemble ? Voilà qui me réjouirait beaucoup !!! Ta bonne humeur, ton sourire joyeux et communicatif rendrait ce voyage d'autant plus mémorable !
    Merci :)

    Un fan croisé de ci de là…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s