Jazz Fest’

Un article (méga) en retard mais qui arrive quand même! Je tenais absolument à parler du festival de Jazz qui a fait vibrer la ville durant une bonne semaine et qui m’a surtout fait vibrer! Petit retour en arrière…
 
La 32e édition du Festival de Jazz s’est tenue cette année du 25 juin au 04 juillet et ce fut Ben l’Oncle Soul qui fut chargé d’ouvrir le festival. Pas de Stevie Wonder cette année mais Prince, Sade, John Legend, The Roots et Wanda Jackson, eux, étaient bien présents. Beaucoup de bonnes surprises et de belles découvertes. Parmi elles, Freshlyground, un groupe sud africain dont la musique est une fusion de rythmes africains traditionnels, de folk, de blues, de jazz, de variété et qui incorpore aussi des éléments de rock indépendant. On voyait le groupe se déhancher, sauter et bondir sur scène pendant une bonne heure, nous démontrant ce dont ils étaient capable, bref, une véritable bouffée d’air frais! Cerise sur le Sunday, le groupe a terminé en beauté avec la chanson Waka Waka, interpreté pendant la coupe du monde avec Shakira au grand bonheur de tous!
Puis, on enchaîne avec une petite leçon de blues donnée par Sir Lucky Peterson lui même, tout droit débarqué de New York. C’est avec un dynamisme étonnant qu’il s’approprie la scène, nous montre qu’il a des magic fingers en possédant sa guitare et son orgue, bref, un musicien et un chanteur hors paire! Chanteur hors paire puisqu’en effet, avec sa voix puissante et suave à la fois, Lucky parvenait très facilement à transporter le public (moi surtout) et à faire dresser les poils de nos avants bras… Une chose est sûre, ce soir là, mon coeur s’est emballé pour lui surtout lors d’une reprise de Prince, Kiss…

 
Des rythmes africains au blues, le festival de jazz nous a permis également de découvrir l’orchestre latino La Excelencia. La place des Arts s’était, le temps d’une soirée transformée en piste de danse salsa géante! Impossible de rester immobile en entendant les rythmes salsa du groupe. De nombreuses personnes du public se prétaient volontiers à la danse, montrant aux autres spectateurs leurs déhanchés sennnsuaaal (même les musiciens – habillés en survêtements adidas – nous faisaient régulièrement une petite démonstration de leurs pas de danse). Les dynamiques musiciens New Yorkais nous ont interprété des morceaux de salsa classique, tout en y apportant une vitalité rafraîchissante. Les percussions et les cuivres se sont fait nettement entendre. On avait parfois droit à un petit solo en trombone, trompette ou encore de congas! Superbe moment! 

 
Enfin, avec Poirier Sound System, pas le temps de souffler puisque le dj avait pour mandat de faire rebondir les festivaliers. Avec ses forts accents soca et dancehall, Ghislain Poirier s’est amené sur scène pour transformer l’espace en club tropical.

On se serait vraiment crus dans une discothèque à ciel ouvert tellement la foule sautait et se déhanchait aux rythmes des basses. Un vrai moment de plaisir (pour moi qui, habituellement n’aime pas vraiment ce genre de musique)! Un petit avant goût du Caribbean Carnival à Toronto qui s’est déroulé du 12 Juillet au 1er Août.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s